Giné

Le coffret collector « Canten Giné » avec ses 4 Cds est le fruit de nombreuses années de travail autour de l’œuvre et de la mémoire de Joan Pau Giné. Vous pouvez vous le procurer en écrivant à adiucava@hotmail.fr.

 

Joan Pau a vécu à une époque où la chanson en catalan était en train de connaître une véritable révolution à Barcelona avec Lluis Llach en tête de poue. Hélas, en Catalogne Nord, les « Mestres Educats » avaient déjà imprimé dans les esprits de ceux qui sont aujourd’hui grands-parents que notre langue n’en était pas une, ou du-moins qu’elle se situait en-dessous des langues d’état. Libre-penseur d'une immense discrétion qui n’a pas été contaminé par « l’auto-odi » (la haine de soi), Giné a marqué d’une empreinte indélébile le patrimoine artistique catalan avec des mélodies simples et des textes qui sont autant de chefs-d'œuvre poétiques.

 

En 2010, le « Col.lectiu Joan Pau Giné » a souhaité faire découvrir ce joyaux de la chanson du Roussillon à la nouvelle génération de musiciens qui pour la plupart n’en avait jamais entendu parler, tant certaines personnes trop bien intentionnées l’avait rangé au fond d’un tiroir.

 

En 2013, vingt ans se sont écoulés depuis ce malheureux accident de la route qui nous a tous privé de celui qui savaient raconter mieux que quiconque ce qui se trouve au plus profond de l’âme du Roussillon. Il fallait rendre un hommage à la taille de l’œuvre léguée par Joan Pau Giné et c’est pour cela que j’ai décidé d’ouvrir ce nouvel hommage à des musiciens de tous les Pays Catalans : Alguer, Formentera, Andorra, Franja de Ponent, Menorca, Ibiza, Mallorca, Pays Valencien, Principat de Catalogne et Catalogne Nord. Le succès a été tel qu’avec seulement 80 enregistrements originaux en catalan, il n’y a malheureusement pas eu assez de chansons pour tous ceux qui souhaitaient participer bénévolement.

 

De nombreux groupes participants ont incorporé leurs reprises dans leurs albums et les textes de Giné ont été chantés de Salses à Guardamar et de Fraga a Mao, lui qui n’avait passé la frontière qu’en de très rares occasions pour se produire sur de petites scènes de Catalogne du Sud. Tous ont permis de faire découvrir les poésies humanistes et engagées, pleines d’humour et de tendresse, de celui qui, à travers eux, parle encore à l’humanité tout entière depuis son petit village du Roussillon, avec ses mots de gens simples et pourtant si profonds.

 

En lui rendant cet hommage sans frontières, nous reconnaissons en Giné un talent hors norme, comme cela aurait du être fait de son vivant. Lui qui n’a jamais fait de grandes scènes, aurait pu figurer entre Léo Ferré, Brassens et Brel sur cette célèbre affiche. Ce poète marquera encore de nombreuses générations comme cela a été le cas pour moi et l’est déjà pour ma fille de deux ans à qui je chante ses chansons.

 

L’hommage à Giné est aussi un hommage à la variante roussillonnaise du catalan qui était si chère à son cœur, avec laquelle il avait décidé de s’exprimer malgré sa connaissance parfaite du catalan normatif, comme un pied de nez à tous les « ayatollahs de la linguistique ».

 

« Canten Giné » a déjà été présenté sur plusieurs scènes des Pays Catalans. Prochainement à Alcoi, au théâtre municipal de Perpinyà, à l’auditori de Girona, au Liceu de Barcelona… Et bientôt, peut-être, un documentaire vidéo en mémoire de l’artiste et une statue grandiose à son effigie à l’entrée de Bages, son village natal comme c’est le cas pour Ovidi Montllor à Alcoi.

 

Ramon Faura (fundador dels Angelets de la Terra i coordinador del Col.lectiu Joan Pau Giné).