ElsAngeletsDeLaTerra

TRAITÉ DES PYRÉNÉES

Au XVIIe siècle, ce qui aurait pu être un simple soulèvement antifiscal, comme tant d’autres, devint rapidement une révolte nationale pour préserver les droits et les libertés du Pays Catalan. Le nom que se donnèrent les insurgés était suffisamment explicite : « Angelets de la Terra ».

 

A cette époque, les Pyrénées catalanes avaient une importance stratégique pour Louis XIV. Il ne garda pas le contrôle de cette nouvelle frontière en vertu du traité des Pyrénées, mais parce qu’il se dota pour ce faire de moyens militaires et diplomatiques supérieurs à ceux des Espagnols et qu’il réprima violemment les différentes tentatives de soulèvement catalanes.

 

Avec le traité des Pyrénées, signé le 7 novembre 1659, les Comtés, c’est-à-dire le comté du Roussillon (avec le Vallespir), le Conflent, le Capcir, et trente-trois villages de Cerdagne sont intégrés au royaume de France. Les Comtés deviennent alors la « Province étrangère du Roussillon », c’est-à-dire un territoire sous contrôle français, sans être une province comme les autres, surtout sur le plan fiscal. Ainsi, la frontière fiscale qui séparait le Roussillon des provinces de France est maintenue. A celle-ci s’ajoute une deuxième frontière fiscale avec la Catalogne du Sud. Tout produit sortant ou entrant en Catalogne Nord est taxé, ce qui ruine l’économie de notre territoire et amplifie la contrebande.

 

Le traité des Pyrénées prévoyait que le roi de France maintiendrait les lois catalanes et en conséquence l’exemption de l’impôt sur le sel.  A partir de 1662, le roi trahit sa parole et décide finalement d’introduire la gabelle dans les Comtés afin d’y financer les garnisons. Le sel de la gabelle coûtera alors deux fois plus que le sel acheté en Catalogne du Sud. Le sel avait une importance vitale dans l’alimentation du bétail et était l’unique moyen de conservation des aliments. Les grosses quantités de sel consommées en faisaient un commerce très lucratif et le roi voulait donc en bénéficier en instituant un impôt. Le refus de payer ce nouvel impôt royal symbolise le refus des catalans à intégrer la France et à se soumettre à son autorité.

 

Les premiers gardes de la gabelle, les gabelous (gavatxos ?), arrivent en Roussillon en 1662 pour y imposer l’autorité française. Ils sont surtout des Languedociens car ils n’avaient pas de liens avec les locaux. En 1663, plusieurs gabelous sont poursuivis pour meurtre. C’est alors que débutent les premiers soulèvements parmi la population. Prémisses de ce que l’on appellera la « Guerra de la sal » ou « Révolte des Angelets ».

hqdefault

ANGELETS DE LA TERRA

L’instauration de la gabelle et la répression de la contrebande ont eu de lourdes conséquences sur la vie de la plupart des catalans du Nord. Pour Josep de la Trinxeria, né en 1637, paysan de Prats-de-Mollo et futur chef des Angelets de la Terra, ce fut un bouleversement. Il semble que se père de sept enfant ait servi comme cavalier de 1654 à 1659 et probablement perdu un œil à cette période.

Au mois de janvier 1667, Josep est accusé de posséder du sel de contrebande à la suite d’une visite effectuée à son domicile par les gardes de la gabelle. Avant son procès, il prend les armes contre le système imposé par la France pour ne les abandonner qu’à sa mort, prés de 30 ans plus tard.

 

C’est en Vallespir, de 1663 à 1672, et en Conflent, de 1668 à 1673, qu’on eu lieu les opérations de guérilla permanentes des Angelets contre les gabelous et les soldats français, avec des coups d’éclat comme la prise de Prats-de-Mollo et le siège de Céret occupées par des troupes françaises. Malheureusement, les Angelets n’étaient pas aussi efficace en terrain découvert que dans les montagnes et les forêts du Vallespir. C’est ainsi que, galvaudés par leurs succès de guérilla, les Angelets qui étaient arrivés à réunir 4.000 paysans en armes firent l'erreur de livrer bataille face au corps d'élite du roi. Ces quelques centaines de soldats surentrainés avaient été envoyés par le roi en désespoir de cause pour éradiquer un soulèvement qui remettait en cause sa souveraineté depuis une dizaine d'années. Le 5 mai 1670, au col de la Regina sur un terrain plat, les Angelets furent déroutés et Josep de la Trinxeria dû se réfugier en Catalogne du Sud. 

 

La répression fut très violente avec l’envoies aux galères des Angelets et leurs complices, la tortures et l’exécutions de leurs chefs sur les places publiques. Les têtes de ces dernières furent exposer pendant 30 ans dans des cages à l’entrée des villes pour terroriser les populations. Certains villages furent qui accueillaient les Angelets furent rasés et recouverts de sel pour que rien n’repousse, d’autres furent en partie détruits et de nombreux monument historiques et symboliques comme le château de Ria ou les monastères de Villefranche de Conflent et Collioure furent rasés.

Il n’y avait pas seulement le danger de la révolte en elle-même, mais aussi les liens qu’elle tissait avec les autorités de Catalogne du Sud, en période de guerre entre la France et l’Espagne. C’est pourquoi Vauban a construit de nombreuses fortifications, comme le fort Liberia, destinées à réprimer et surveiller les catalans qui, il y a quelques années, se sont battus pour les faire rentrer au patrimoine de l’UNESCO ( !!?).

 

De nos jours, 350 ans après les faits, l’histoire des Angelets de la Terra est méconnue. Cette révolte est une des plus belles preuves de la résistance des catalans du Nord à l’annexion française. Elle est exceptionnelle tant par sa durée comme par le soutien massif de la population. Josep de la Trinxeria devrait être présenté comme un héros national.

 

Encore de nos jours, les Angelets de la Terra ont leurs partisans et leurs adversaires, mais  surtout une immense majorité de gens qui ignorent tout de ces héros catalans. Peu sont ceux qui dénoncent le traité des Pyrénées comme une catastrophe pour les Comtés que l’on appelle, aujourd’hui, la Catalogne Nord et qui sont sinistrés alors qu'il s'agissait d'une des zones les plus riches de Catalogne pendant plusieurs siècles.

 

Il y a aussi une association culturelle, créée en 2001 par Ramon Faura, qui porte le nom de ces rebelles afin d'honorer leur mémoire et de faire connaître leur existence pour se substituer à l'enseignement dans les écoles françaises qui censure notre histoire et donc notre identité. Cette association a œuvré à la promotion de la langue et culture catalanes au travers de multiples projets. Elle s’est spécialisée depuis 2010 dans la création musicale en langue catalane au travers du Col.lectiu Angelets de la Terra et plusieurs centaines de musiciens nord-catalans.

49970459_062021