29597622_2018151421532937_6823457382117158853_n

29791108_2018150214866391_6862657389712820630_n

Les artistes catalans et occitans se mobilisent à travers le Col·lectiu Angelets de la Terra pour défendre la démocratie et demander la libération des prisonniers politiques catalans. 

Ce dimanche 1er avril a eu lieu à Alenyà, le premier concert d’une série de « Concerts per la llibertat ». Le Col.lectiu Angelets de la Terra et son président Ramon Faura organisateurs et à l’initiative du projet tiennent à remercier les artistes, les bénévoles, les associations amies, les politiques et les participants. Tous ont fait de cette soirée un moment exceptionnel et ont prouvé que les catalans du Nord savaient se mobiliser pour aider les catalans du Sud dans ces moments difficiles. Sur scène, on a pu entendre des discours de soutien, en catalan et en français, des maires d’Alenyà, Jean-André Magdalou, de la Torre del Bisbe (Latour-Bas-Elne) Pierre Roge, et d’Argelers de la Marenda (Argelès-sur-Mer), Antoine Parra, ainsi que deux vice-présidents du Conseil Départemental, Nicolas Garcia et Françoise Fiter.

19554439_1727495737317882_8768738528003598459_n

29791975_1727495873984535_1854394344176684480_n

29695232_1727496047317851_3206586687385528142_n

Alenyà était la première date du cycle de Concerts per la Llibertat et ce fut un franc succès avec la participation d’environ 600 personnes qui ont rempli les deux salles des anciennes caves Ecoiffier. La soirée a commencé avec l’auteure compositeur et interprète Delphine Bassols sur la scène de la Rotonde où ont aussi joué José de los Rios, Jean-Baptiste Sparr Trescases, Elise Mateu et Nayah qui a représenté la France à l’Eurovision en 1999. Sur la scène principale, salle Oms, c’est Gaëlle Balat qui a débuté avec des chansons écrites par sa mère, puis Dídac Rocher et Montse Castellà qui avaient participé en 2013 à l’hommage à Joan Pau Giné organisé par le Col·lectiu, étaient les invités de Catalogne du Sud. Il y a eu aussi une intervention vidéo du ministre catalan de la culture, Lluís Puig, en exil à Bruxelles qui a félicité les catalans du Nord pour cette initiative. Ce moment solennel s’est terminé par l’hymne catalan repris par le public comme cela avait été le cas lors de la manifestation du mercredi 28 mars devant le consulat d’Espagne à Perpignan convoquée par de nombreuses associations et ambiancée par des groupes du Col.lectiu. La soirée s’est terminée en effervescence avec les rumberos de Buenasuerte venus de Saint Jacques et le ska occitans de Goulamas’k qui ont aussi chanté en catalan, comme ils l’avaient fait pour la 8ème compilation du Col·lectiu Angelets de la Terra.

La réussite de ce premier concert auprès d’un large public intergénérationnel était prévisible au vu de l’engouement sur les réseaux sociaux mais c’est aussi auprès des élus qu’il a eu un impact. Deux jours plus tard, les 129 maires du SIOCCAT présentaient une motion en faveur des prisonniers politiques. Un collectif de maires pour demander la libération des prisonniers et le respect de la démocratie en Espagne s’est aussi créé. Les Angelets de la Terra qui souhaitaient fédérer et mobiliser pour mettre la pression sur l’Espagne obtiennent de très bons résultats mais ils espèrent faire encore mieux lors du concert à la salle des Fêtes de Vilafranca de Conflent le 19 mai où les élus qui souhaitent exprimer leur soutien sont les bienvenus. « Entre tots ho farem tot ! » (ensembles nous pouvons tout faire). Les bénéfices et fonds récoltés grâce à ces concerts seront reversés à l’Associació Catalana pels Drets Civils des familles et amis des prisonniers politiques.

 

Les Angelets de la Terra fédèrent le mouvement pour les prisonniers politiques

Le Col.lectiu Angelets de la Terra et le Collectif des Alpes-Maritimes en solidarité avec le peuple catalan ont manifesté devant les consulats d’Espagne de Perpignan et de Nice le mercredi 28 mars. Le coordinateur du collectif de musiciens pour la langue catalane déclarait : « Nous nous devions de réagir ensembles après les arrestations du président de la Catalogne et de cinq membres de son gouvernement, dont la présidente du Parlement ». Les images de plus de 300 manifestants pour une « cassolada », avec casseroles et instruments de musique, sont apparues, entre autre, sur France 3 et Vià Occitanie TV et ont fait taire les critiques qui reprochaient aux Angelets de ne pas se limiter à l’organisation de concerts. Il n’y avait pas eu une telle ambiance depuis le Liptub pour le catalan en 2012. Il est apparu évident aux plus sceptiques qu’une touche festive, conviviale et revendicative était nécessaire pour rendre attractif un mouvement qui s’essoufflait. De plus, les Angelets se félicitent d’avoir fédéré de nombreuses organisations qui ont relayé leur appel : PC, NPA, Unitat Catalana, ERC, Oui au Pays Catalan, Comitè de Solidaritat Catalana, etc.

 

Cette manifestation a servi d’échauffement avant le concert du 1er avril, organisé en collaboration avec la mairie d’Alenyà, le Conseil Départemental (66), le CDR Vallespir-Empordà et l’Associació Catalana pels Drets Civils. Cette dernière est l’association des familles et amis des prisonniers politiques a qui seront reversés les fonds récoltés, afin d’aider à financer les déplacements pour visiter les prisonniers politiques à Madrid. Alenyà était la première date du cycle de Concerts per la Llibertat et ce fut un franc succès avec la participation d’environ 600 personnes qui ont rempli les deux salles des anciennes caves Ecoiffier. La soirée a commencé avec l’auteure compositeur et interprète Delphine Bassols sur la scène de la Rotonde où ont aussi joué José de los Rios, Jean-Baptiste Sparr Trescases, Elise Mateu et Nayah qui a représenté la France à l’Eurovision en 1999. Sur la scène principale, salle Oms, c’est Gaëlle Balat qui a débuté avec des chansons écrites par sa mère, puis Dídac Rocher et Montse Castellà qui avaient participé en 2013 à l’hommage à Joan Pau Giné organisé par le Col·lectiu, étaient les invités de Catalogne du Sud. Il y a eu aussi une intervention vidéo du ministre catalan de la culture, Lluís Puig, en exil à Bruxelles qui a félicité les catalans du Nord pour cette initiative. Ce moment solennel s’est terminé par l’hymne catalan repris par le public comme cela avait été le cas lors de la manifestation.

29597362_10216442017102036_5316800553235349353_n

29694455_1727496220651167_6783610727374773539_n

29791365_1727496157317840_1440973007743132784_n

 

La soirée s’est terminée en effervescence avec les rumberos de Buenasuerte venus de Saint Jacques et le ska occitans de Goulamas’k qui ont aussi chanté en catalan, comme ils l’avaient fait pour la 8ème compilation du Col·lectiu Angelets de la Terra. La réussite de ce premier concert auprès d’un large public intergénérationnel était prévisible au vu de l’engouement sur les réseaux sociaux mais c’est aussi auprès des élus qu’il a eu un impact. Sur scène, on a pu entendre en catalan et en français les maires d’Alenyà, de la Torre del Bisbe (Latour-Bas-Elne) et d’Argelers de la Marenda (Argelés-sur-Mer), ainsi que deux vice-présidents du Conseil Départemental. Deux jours plus tard, les 129 maires du SIOCCAT présentaient une motion en faveur des prisonniers politiques. Par la suite, un collectif de maires pour demander la libération des prisonniers et le respect de la démocratie en Espagne s’est créé. Les Angelets de la Terra qui souhaitaient fédérer et mobiliser pour mettre la pression sur l’Espagne obtiennent de très bons résultats mais ils espèrent faire encore mieux lors du concert à la salle des Fêtes de Vilafranca de Conflent le 19 mai où les élus qui souhaitent exprimer leur soutien sont les bienvenus. « Entre tots ho farem tot ! » (ensembles nous pouvons tout faire).

2018-03-26-15

29791119_1727495853984537_6326295777394028082_n

30124541_1727495973984525_3510890777313354530_n